Les pathologies décelées par le spermogramme

Lire un spermogramme n’est pas chose aisée. Dans tous les cas nous vous invitons à discuter des résultats de votre spermogramme avec votre médecin traitant.

D’une manière générale, des résultats trop éloignés des normes, feront apparaître certaines de ces pathologies :

  • L’oligozoospermie démontre une concentration insuffisante de spermatozoïdes dans l’éjaculat. On parle d’insuffisance si la concentration constatée est inférieure à 20 millions par ml ;
  • L’asthénozoospermie est une mobilité insuffisante des spermatozoïdes ;
  • La tératozoospermie décrit une proportion trop faible de spermatozoïdes dits normaux ;
  • En cas d’absence totale de spermatozoïde dans l’éjaculat, on parle d’azoospermie  ;
  • Lorsqu’un échantillon ne contient pas de spermatozoïdes vivants on parle de nécrozoospermie ;
  • L’hémospermie et la pyospermie traduisent respectivement la présence de sang et de pus dans l’éjaculat ;
  • On parle d’hyperspermie et d’hypospermie lorsque le volume de sperme est supérieur à 6 ml ou inférieur à 2 ml.