Le don de sperme : réglementation, méthode artisanale et méthode naturelle

En France, le don de sperme est strictement réglementé, et régi en France par la Fédération Nationale des CECOS (Centre d’Étude et de Conservation des Œufs et du Sperme humains) :

  • Le don de spermatozoïdes est volontaire et non rémunéré ;
  • L’homme donneur doit être âgé de moins de 45 ans et déjà être père (cette restriction levée en juillet 2011, selon la nouvelle législation, en attente du décret d’application) ;
  • Depuis août 2004, la loi n’impose plus au donneur d’être en couple, mais si tel est le cas, sa conjointe doit donner son accord ;
  • Le donneur ne doit pas être porteur de maladies génétiques ou de maladies infectieuses transmissibles par le sperme ;
  • Le don est anonyme. Le donneur ne connaît donc pas la destination du sperme et le couple receveur n’en connaît pas l’origine ;
  • Le don est réservé aux couples hétérosexuels en âge de procréer et ne pouvant avoir d’enfant pour causes médicales, ce qui exclut donc les femmes seules ou les couples homosexuels ;
  • Le choix du sperme s’effectue en tenant compte des caractéristiques physiques comme la couleur de la peau ou des cheveux et des groupes sanguins du couple receveur

Cette réglementation est souvent contournée en dépit du risque qui pèse sur les contrevenants, à savoir une peine de deux ans d’emprisonnement et de 30 500 euros d’amende.

En effet il n’est pas rare de retrouver sur Internet diverses annonces aux titres évocateurs et surprenants. Il est souvent fait état de don de sperme selon la méthode artisanale et de don de sperme naturel…

Le don de sperme dit artisanal consiste à recueillir le sperme par masturbation, à le mettre dans une seringue, puis l’injecter dans le vagin de la receveuse.

Le don de sperme dit naturel consiste en un rapport sexuel avec éjaculation entre le donneur et la receveuse.